SOUTERRAIN / 2014

 

Photos © Xavier Dupont

Les dernières créations de Myriam Gourfink convoquaient souvent un imaginaire de monstre ou de bête : The Monster which never breathes, Bestiole, Aranéide ou plus loin- tainement le Corbeau. En effet, pour elle, lorsque les danseurs, habités par leur souffle, incarnent les données abstraites et ouvertes des partitions, surgissent sur le plateau des créatures étranges entre homme femme, et animal. En baptisant cette nouvelle pièce Souterrain, la chorégraphe veut justement observer de plus près les forces qui opèrent en profondeur lorsque les danseurs sont concentrés sur leur souffle, qu'ils "descendent en vrille dans leur énergie souterraine" et créent alors des "cryptides" - ces créatures dont l'existence est supposée, selon des témoignages divers, mais qui n'est pas confirmée. Comme dans chacune de ses créations, il s'agit ici de partir d'un travail sur la respiration et l'énergie qui produit un mouvement lent et continu, un étirement du temps, mais en mettant cette fois l'accent sur le bouillonnement intérieur, le jaillissement, la circulation des sensations, des émotions et des sentiments, que chaque danseur expérimente en s'ap- propriant la partition, en résonance avec la composition live de Kasper T. Toeplitz. Sans dramaturgie linéaire, sans narration, Myriam Gourfink veut explorer les micro-récits, ap- privoiser les mouvements internes de chaque danseur, les points de bascule brusques, les possibilités ouvertes par une exploration du contact et de ce qui se joue entre les danseurs lorsque des émotions fortes circulent en eux. Souterrain propose à chacun des interprètes d'aller puiser dans la part d'ombre qui l'ha- bite et de retourner par sa danse chacune des énergies qu’il rencontre. La pièce crée ainsi une constellation, dans laquelle un mouvement commun se déploie, comme le cœur en fusion d'une planète, avant que n'opèrent soudain un ou plusieurs décrochements, les danseurs pouvant devenir des étoiles solitaires ou conjointes, qui se mettent à "vriller dans le cosmos".

For Souterrain, I want each performer to go looking for that part of darkness dwelling within them. I have observed that whenever dancers, swept up by their own exalted exhalation, incarnate the abstract and open data of the choreographic scores that I compose, then strange creatures come forth to inhabit the stage. And I would like to observe at closer quarters these cryptids born of each performer through vortex downspins into their subterranean energies. At the level of the group, the handling of the choreographic space will bear testimony to this internal movement.

CHOREGRAPHIC SCORE
Myriam Gourfink

COMPOSITION
Kasper T.Toeplitz

DANCERS
Clément Aubert, Amandine Bajou, Céline Debyser, Margot Dorléans, Carole Garriga, Kevin Jean, Deborah Lary, Julie Salgues, Nina Santes, Véronique Weil

TECHNIC
Zakaryya Cammoun

LIGHTS
Séverine Rième

COSTUMES
Laurence Alquier

DURATION
70 MIN

Premiered the 22nd & 23rd of may 2014 at Forum de Blanc Mesnil, festival Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis


Coproduction : Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, Le Forum scène conventionnée de Blanc-Mesnil, La Briqueterie - centre de développement chorégraphique du Val-de- Marne Soutien La Ménagerie de Verre dans le cadre du Studiolab
La compagnie Myriam Gourfink / LOLdanse est soutenue au titre de l’aide aux compagnies conven- tionnées par la DRAC Île-de-France - Ministère de la Culture et la Communication et est en résidence au Forum scène conventionnée de Blanc Mesnil, avec le soutien du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.