ÉTALE / 2016

 

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Parc Jean Jacques Rousseau - Vincent Hinson

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet

  • © Richard Louvet


Rechercher les endroits du jardin où la nature est relativement envahissante. Insérer les corps des danseurs dans la végétation, pour offrir à l’œil de celui qui regarde des juxtapositions, superpositions créant formes et découpes, qui s’épanouissent et se désagrègent inexorablement.

Au contraire pour les deux musiciens (l’un à la vielle à roue, l’autre à la basse électrique) trouver des emplacements plus dégagés. Souligner leur présence en les asseyant par exemple sur des tabourets hauts. Leur donner dans l’espace le statut d’axes à partir desquels le son rayonne.

Entre la stabilité des musiciens et la mobilité des danseurs dans la masse végétale, l’espace se reconfigure perpétuellement doucement agité par une vie interne, donnant naissance à des apparitions insaisissables, qui s’évanouissent malgré l’apparente lenteur de la danse. Elles ouvrent pour l’auditoire un champ infini de projections, associations, émotions, interprétations possibles. Il n’y a pas une dramaturgie qui s’impose, il y en a autant que de spectateurs.

Les corps des danseurs sont protégés par un costume veste, pantalon, baskets en toile blanche. Surfaces destinées à être tâchées, salies, voire en fonction des espèces écorchées, déchirées. La végétation y laisse son emprunte.

Même si elles sont génératrices de sens pour le public, les relations entre les danseurs et la masse végétale sont purement spatiales et sensorielles. Les interprètes changent d’emplacements, orientations, distances. Ils s’imbriquent, s’éloignent tout en restant focalisés sur les indications du score. Ils lâchent prise et se laissent traverser par les émotions que la situation induit, mais paradoxalement ils conservent une certaine neutralité d’exécutant. Une partie d’eux-mêmes reste comme à distance, occupée par l’accomplissement de la partition.

COMING SOON


Creation : 2016

CHOREGRAPHY
Myriam Gourfink

DANSE
Carole Garriga, Deborah Lary, Véronique Weil

COMPOSITION AND LIVE ELECTRONICS
Kasper Toeplitz / Vielle à roue , grosse caisse symphonique

VIELLE À ROUE
Stevie Wishart

CONTROL ROOM, SET SOUND AND LIGHTS
Zakariyya Cammoun

DURATION
30 MIN

Production : LOLDANSE Coproduction : Nos lieux communs

Accueil en résidence : l’association Centre culturel de rencontre – Jean-Jacques Rousseau, EXTENSION SAUVAGE et le Château de la Ballue, Plastique Danse Flore L'association LOLdanse est soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication, Drac Île- de-France, au titre de l'aide aux compagnies conventionnées.